Ce mardi 15 mars à 10h30, des délégations syndicales bloqueront la N5 à Gosselies, au niveau de la Sonaca et du centre commercial rue Tahon. "Ce sera un barrage filtrant, l'objectif n'est pas de pénaliser les autres travailleurs ou les gens sur la route, mais de faire passer un message. Des tracts seront probablement distribués, on espère que ça sera le début d'un grand mouvement de mobilisation des travailleurs partout dans la région et en Belgique", indique Gregory Demetrico, délégué FGTB. L'action est aussi couverte par la CSC et la CGSLB, en tout près de 400 travailleurs de la Sonaca marqueront un arrêt de travail pour aller protester.

L'objectif : exprimer leur ras-le-bol et voir s'ils peuvent être rejoints par d'autres dans leurs protestations. "C'est un appel des travailleurs de la Sonaca vers le gouvernement fédéral. Ils ne savent plus comment payer leurs factures d'énergie, sans parler de la flambée des carburants qui font qu'il faudra bientôt payer pour se rendre sur son lieu de travail. Quand De Croo (premier ministre fédéral, NdlR) dit que les poches du gouvernement ne sont pas infinies, on l'entend, mais ce n'est pas pour autant aux travailleurs, touchés par la crise Covid, parfois sortant d'un chômage prolongé, de faire la vache à lait et de payer les pots cassés. De l'argent, il y en a à aller chercher dans l'évasion fiscale, dans les grands groupes qui brassent des bénéfices sans précédent, ou ailleurs encore."

Dans une communication commune, les syndicats dénoncent "l'inaction" des autorités fédérales. "Il faut se mobiliser pour notre pouvoir d'achat. Le blocage salarial de la loi de 1996, la TVA maintenue à 21% sur le gaz et le mazout alors que ce ne sont pas des produits de luxe mais de première nécessité. Ras-le-bol, la coupe est pleine."

A ce stade, il faut s'attendre donc à des ralentissements sur la N5 mardi à partir de 10h30. D'autres actions dans la région ne semblent pas prévues à l'heure d'écrire ces lignes.