Des trottinettes qu'on peut louer en un rien de temps via son smartphone, en "free floating", arrivent à Charleroi. "De quoi réjouir les amateurs de mobilité douce et de quoi réduire la pression automobile dans l'intra-ring et faire baisser la pollution atmosphérique liée aux voitures", se réjouit l'échevin de la Mobilité, Xavier Desgain (Ecolo).

L'opérateur Dott commence dès ce mardi par l'intra-ring, avant de s'étendre dans des quartiers supplémentaires. Il a signé la "charte" prévue par la Ville de Charleroi pour éviter les écueils qu'on a pu voir dans d'autres villes belges. Notamment au niveau des conflits d'usage, entre trottinettes, piétons et PMR. L'échevin insiste d'ailleurs sur le respect du code de la route pour les futurs usagers: respecter les priorités, les feux rouges, les trams, éviter les trottoirs, être prudent en zone piétonne, et le ring est évidemment interdit.

"C'est le moyen idéal pour faire le dernier kilomètre, typiquement", souligne l'échevin. "Et nos districts se prêtent bien à ce type de mobilité, quand on a une trottinette on devient un "piéton augmenté", en fait, ça permet d'aller plus facilement plus loin, sans pour autant avoir les contraintes de la voiture ou du transport en commun." Les SUL (sens unique limité) qui se développent à Charleroi seront notamment accessibles.

© D.R. / Capture d'écran

Présent à Bruxelles, Liège et Namur, l'opérateur Dott précise qu'une centaine de trottinettes sont prévues pour l'intra-ring, avec une extension en nombre de trottinettes et de la zone couverte si ça marche et si ça convient à tout le monde. "Nos trottinettes seront disponibles sur une cinquantaine de points prévus avec la Ville de Charleroi", précise le general manager de Dott. "Il y a une application, où il faut entrer son moyen de paiement, ensuite il suffit de scanner la trottinette qu'on veut prendre, et après son déplacement la laisser sur un des autres points disponibles, ou le même." Sur le côté, l'entreprise Brillo (économie sociale) et ses vélos cargos, en tandem avec Coursier Wallon, ramasseront les trottinettes pour les charger et les ranger sur les emplacements, afin de couvrir le territoire. Un premier employé "coursier", un jeune Carolo, a signé son contrat la semaine dernière. Si ça fonctionne bien, d'autres recrutements pourraient se faire, en parallèle du développement de la cyclo-logistique sur Charleroi.

Le prix sera de 20 centimes par minute, sans prix de déverrouillage. Les utilisateurs sont couverts par une assurance par Dott. La vitesse est limitée à 18km/h sur la flotte carolo. 

En parallèle, le député wallon Julien Matagne (CDH) nous informe que le décret qu'il a préparé pour établir un cadre légal, cosigné par le MR, le PS et Ecolo, est passé en commission à l'approbation générale moins l'abstention du PTB. Le texte sera voté en séance plénière du Parlement Wallon dans deux semaines, le 7 juillet prochain. "Tout le monde est satisfait que des règles claires, légales, se mettent en place. Il y avait un vide juridique", nous indique le député. 

© van Kasteel