Le domaine de prédilection de Loïc, c’est la vente. Depuis qu’il a intégré le monde du travail, le jeune vendeur effectue, avec brio, son rôle. Sauf, lorsqu’il a commis deux « erreurs de jeunesse », comme il le dit si bien, en 2019.

À ce moment-là, Loïc travaillait dans une bijouterie située sur la place Verte à Charleroi. Et à deux reprises, il s’est servi en dérobant d'abord 30 euros dans la caisse avant une montre de marque Calvin Klein et un bracelet en argent. Pour la défense, Loïc a vu trop grand trop vite. « Il touchait 1.500 euros/mois. Et il a cru bon de louer un appartement à 900 euros non loin de son boulot. Il n’arrivait pas à suivre financièrement. »

Le jeune homme, qui est aujourd’hui vendeur principal dans une boutique de chaussures à Namur, pouvait éviter une comparution devant le tribunal. Mais logiquement, il a refusé la médiation pénale et l’accord d’indemnisation. « La partie préjudiciée réclamait 30.000 euros ! Je peux comprendre qu’il ait refusé », admet même la substitute Marr.

Une peine de travail autonome de 30 heures est requise. Jugement le 3 juin.