L'échevin Maklouf Galoul, qui avait déjà annoncé sa démission le 19 mai en tant qu'échevin mais qui avait signalé qu'il resterait conseiller communal ne sera finalement plus ni l'un, ni l'autre. En cause: des déclarations dans la presse, le 21 mai, qui "remettent en cause le signe d'une responsabilité politique" d'après le communiqué envoyé par la Ville. L'échevin démissionnaire disait prendre ses responsabilités en démissionnant, mais les socialistes ont vu à sa sortie publique autre chose. Le PS a alors demandé à DéFi un "acte fort", c'est cette démission totale.

Pour rappel, il est reproché à Maklouf Galoul un acte illégal en tant qu'Officier d'Etat Civil, à savoir célébrer un mariage dont la procédure avait été annulée avant la cérémonie. Ceci en parallèle d'une double accusation par une ancienne maître-nageuse, qui affirmait à La Nouvelle Gazette que l'échevin lui avait proposé de se baigner nue puis suite à son refus l'avait virée, moins d'un an plus tard, de manière abusive.

PS et DéFi se sont donc entendus: Maklouf Galoul démissionnera du conseil communal. Cela nécessitera un changement du pacte de majorité. L'opposition FleurU avait profité de l'opportunité pour faire une proposition d'alliance au PS, mais ça ne se fera finalement pas: les socialistes continueront leur majorité avec le parti amarante.

"Le Conseil communal de ce lundi 31 mai actera les démissions et un avenant au Pacte de Majorité sera présenté au Conseil communal du 14 juin. Par ces décisions, la majorité entend mettre un terme à cette parenthèse politique venue quelque peu entacher le travail quotidien fourni par l'équipe en place depuis décembre 2018 et retrouver la sérénité et la confiance nécessaires à la poursuite de la transformation de notre ville", indiquent PS et DéFi dans un communiqué de la Ville de Fleurus.

Et pour la suite? Le siège au conseil communal, celui de Maklouf Galoul, sera occupé par un nouveau conseiller DéFi. Au collège, c'est Nathalie Coduti (PS), aujourd'hui présidente de Mon Toit Fleurusien (logements publics), qui deviendra échevine. Enfin, la présidence de Mon Toit Fleurusien reviendra à DéFi, plusieurs candidats sont évalués pour l'instant. Les cartes seront ainsi rebattues, puisque DéFi n'aura plus que deux membres au collège (un échevin et le président du CPAS, non-élu) au lieu de trois, mais l'équilibre sera préservé au conseil communal (12 sièges pour le PS et 2 pour DéFi dans la majorité, 12 sièges pour FleurU et 1 siège pour Agir dans la minorité).