Pour le tribunal siégeant à Bruxelles, c'est le film "Marbie, star de Couillu-les-Deux-Eglises" qui devait obtenir le Magritte du Premier film 2015, et non "Je te survivrai."


C'est la fin d'une bataille judiciaire initiée en juin 2015 après la claque reçue le soir de la cérémonie des Magritte 2015. Bataille qui opposait Big Bang Production à l'Académie André Delvaux, organisatrice de la soirée des Magritte. Parti en tête des votes du public, le film carolo de la réalisatrice Dominique Smeets s'est vu coiffé au poteau par "Je te survivrai" de Sylvestre Sbille. Le tribunal de 1ere instance francophone de Bruxelles vient donc de remettre l'église au milieu du village. "Le tribunal reconnaît que le film Marbie, star de Couillu-les-Deux-Eglises", nous explique le producteur Dominique Dubuisson, "devait obtenir le Prix du premier film, c'est le résultat du vote du public, et le tribunal invalide aussi les résultats de cette catégorie et retire ce Prix au film Je te survivrai", ajoute notre interlocuteur.

Dès la proclamation du palmarès, le producteur Dominique Dubuisson et sa réalisatrice Dominique Smeets ont vu rouge. D'abord, ils ne comprenaient pas pourquoi toute l'organisation était concentrée entre les mains d'un seul homme, Philippe Logie, qui porte plusieurs casquettes : administrateur des Magritte, producteur de l'émission télé qui relaie la soirée mais surtout co-producteur du film "Je te survivrai", qui repartira donc avec le Prix du public. Sans oublier un lien de parenté, Philippe Logie étant le frère de André Logie, producteur de "Je te survivrai". Ça va, tout le monde suit ?

Le producteur et sa réalisatrice évoquent devant le tribunal des soupçons de favoritisme quant au scrutin. "Nous avons appris lorsque nous sommes allés avec un huissier effectuer la saisie des données que Philippe Logie avait eu connaissance des suffrages exprimés par le public sur le site des Magritte, nous tenons cette information du web-master chargé de la collecte des votes, affirme Dominique Dubuisson, ce qui a permis, au producteur André Logie, donc, d'estimer au chiffre près de combien de voix il avait besoin pour passer en tête et battre notre film. Il ne lui restait plus qu'à mobiliser ses troupes par un mail que nous avons débusqué. Dans ses motivations, le tribunal confirme nos craintes et nos soupçons, il confirme que le web-master a bien envoyé des captures d'écran reprenant le nombre de points de tous les autres films. Je sais que par ailleurs André Logie et le réalisateur Sylvestre Sbille ont aussi fait voter les professionnels, alors que ce concours est réservé uniquement au public", conclut Dominique Dubuisson. On ignore à l'heure qu'il est si l'Académie des Magritte compte faire appel.