Marc a déjà été condamné pour des faits de mœurs, en 2002 sur une personne majeure et en 2012 pour des faits commis sur une mineure cette fois. Huit ans plus tard, Marc écope d’une troisième condamnation pour un attentat à la pudeur commis, cette fois-ci, sur la jeune Sonia (prénom d’emprunt), née en 2000 et âgée de 17 ans.

Le 29 août 2017, Marc emmène Sonia dans un café de la région. L'adolescente a uniquement accepté le rendez-vous avec son ex-beau-père pour voir sa petite sœur. Mais sur place, il n’en sera rien. Marc fait boire la mineure à coups de Vodka et de Mojito et lui offre même un cadeau. Marc et Sonia quittent les lieux, bien éméchés. Dans la voiture, Marc admet "avoir désiré" la jeune fille, qu’il trouve "très belle." "Je lui ai caressé les jambes. J’ai posé des questions sur sa vie sexuelle et je l’ai embrassé."

Vu le refus de la jeune fille, Marc la ramène chez sa mère. Une fois là-bas, Marc a également tenté sa chance... avec la maman avant de trouver la porte de sortie grâce au fils.

Compte tenu de son passé judiciaire et de son état de récidive, une peine de 4 ans de prison ferme était requise. Pour le substitut Lafosse, Marc a profité de la situation, en offrant un cadeau et des verres à Sonia, pour obtenir ce qu’il espérait.

Pour respecter son sursis probatoire de 5 ans, Marc devra poursuivre son suivi psychologique pour soigner sa dépendance à l’alcool et s’abstenir de tout contact avec les deux victimes.