Marco (prénom d’emprunt) connaît Sofia. Il a déjà eu l’occasion de la croiser à quelques reprises. L’ami de Marco est le compagnon de la grande sœur de l’adolescente. Lui a 31 ans, elle en a à peine 13 ans. Du propre aveu de la sœur de la mineure, cette dernière est encore une enfant et n’est pas encore physiquement formée. Pour n'importe qui, elle ne paraît pas avoir 16 ans, sauf pour Marco. C'est en tout cas sa défense devant le tribunal.

Un soir de 2018, Sofia se rend à l’agora non loin de chez elle, comme elle en a l’habitude et l’autorisation de sa mère. Marco passe à ce moment-là en voiture. Il insiste lourdement pour que la jeune ado monte à bord du véhicule. Il l’emmène chez lui, dans la cave, où se trouve "sa pièce de vie". Marco se déshabille et commence à déshabiller Sofia. Mais la jeune fille le repousse tant bien que mal, avant d’abandonner et d’être violée par son bourreau.

Marco est déjà en état de récidive à la suite d’une condamnation en 2017 pour stupéfiants. Malgré sa fragile position de prévenu, Marco ose préciser que Sofia était consentante. "On a échangé sur Messenger et elle voulait me voir. Je lui ai proposé de regarder un film chez moi et vers 2h du matin, elle s’est fait déposer. Je n’ai jamais forcé une fille et elle n’a pas manifesté de refus."

Lorsque le tribunal l’interroge sur l’âge de la victime, Marco tente de rejeter la faute la consommation d’alcool et de cannabis et qui selon lui, a eu une influence sur les faits. "J’étais trop défoncé pour vérifier son âge. Mais pour moi, elle avait 16 ans. Si je n’avais pas été sous l’influence de l’alcool et du cannabis, jamais je n’aurais vu une jeune fille."

Absente à l'audience, on a rapporté que Sofia était depuis extrêmement fragile sur le plan psychologique. Compte tenu de l’état de récidive, de la gravité des faits et de l’absence d’amendement, une peine de 6 ans de prison ferme est requise.

Le jugement aura lieu le 30 septembre prochain.