Située à Châtelet, l'entreprise Matériaux Toni a décidé d'épargner tout un quartier en se faisant livrer leurs matériaux par péniche. Si la responsable de l'entreprise de 25.000 m² Aliye Colak a décidé d'agir de la sorte c'est pour épargner au quartier les allées et venues de camions de livraisons, une première dans la région.

En effet, depuis le début de la semaine, une péniche est amarrée au port tout proche et les hommes vident les quelque 860 palettes de blocs et autres matériaux de construction.
"Si ce choix a été privilégié, c'est pour garantir une certaine tranquillité au quartier et à ses habitants. Cela évite qu'une quarantaine de semi-remorques ne sillonnent les routes avec les désagréments que cela peut engendrer. Nous avons aussi bien évidemment le souci de l'environnement. Après réflexion, il nous est apparu normal de privilégier ce mode de transport," explique Sabrina Turi, assistante de la jeune patronne.
Ce geste est aussi le résultat d'un développement spectaculaire de l'entreprise châtelettaine.

Faisant partie du réseau Big Mat, l'histoire de l'important vendeur de matériaux est avant tout une belle histoire de famille. Tout commence par la concrétisation du rêve de Mustafa Colak entré dans la boîte comme simple chauffeur en 1992. Au fil des années, il prend de l'importance jusqu'à reprendre l'entreprise en 2009. Le développement se poursuit et la structure s'impose dans la fourniture de matériaux de construction pour professionnels et particuliers. En 2015, Mustafa, père de trois filles, est victime d'un accident de la route. Le monde s'écroule pour la famille mais l'envie de poursuivre le rêve du père est plus forte. Alors qu'elle ne connaît rien au métier, la jeune Aliye alors âgée de 28 ans décide de reprendre les rennes de l'entreprise. Aidée par toute l'équipe, elle apprend sur le tas et s'affirme de plus en plus jusqu'à devenir aujourd'hui, et à 33 ans seulement, la patronne d'une des entreprises les plus importantes de Wallonie comptant 20 employés et au chiffre d'affaires de 15 millions d'euros.

© NGOM (une entreprise qui fonctionne suivant des valeurs familiales)

"Pour la mémoire de son père, Aliye n'a jamais souhaité délocaliser la boîte, elle reste attachée à ses racines même si d'autres endroits pourraient tout à fait nous accueillir," poursuit Sabrina.

Pour le futur, nul doute qu'il faudra compter sur le petit Mustafa Junior, le fils d'Aliye attendu dans les prochains mois...