Après un petit break qu'il pensait n'être que temporaire mi-février 2020, Mathias est tombé des nues en apprenant que les intentions de son ex-compagne n'étaient pas les mêmes. Cette dernière avait, en réalité, rencontré un autre homme avec lequel elle comptait refaire sa vie. Au lieu d'accepter et de respecter cette décision tel un gentleman, Mathias a complètement vrillé et pourri la vie de la victime en la menaçant et en la harcelant, durant quelques semaines.

À plusieurs reprises, le jeune homme a envoyé de nombreux SMS effrayants, du genre : « Mais tu vas crever la bouche ouverte et le jour où je te vois, tu ne sauras pas parler. » Ce dernier s'est même rendu sur le lieu de travail de son ex, est entré de force dans son bureau pour la menacer de nouveau. En sortant de là, Mathias a également dégradé le véhicule de la victime, en lui crevant un pneu avec un couteau.

Ce mercredi matin, face à la justice, le prévenu de 27 ans admet avoir mal réagi, « sous le coup de la colère. » Pour le parquet, le comportement de Mathias est fort interpellant. D'autant plus que le 9 mars 2020, soit la veille de l'épisode du pneu crevé, le tribunal correctionnel lui a laissé une chance via un sursis probatoire de 5 ans pour un dossier de vente de produits stupéfiants. « Et malgré l'œil de la justice sur lui, il a adopté ce type de comportement », constate le substitut du procureur. Une peine de 15 mois de prison, avec un nouveau sursis probatoire, est requise.

Me Laurent Poisson, conseil de Mathias, plaide lui aussi un sursis probatoire tout en rappelant que son client a eu une réaction humaine, alors qu'il pensait qu'il allait se remettre avec la femme de sa vie. « C'était la première relation où il était vraiment amoureux. Il avait vraiment l'impression que c'était la femme de sa vie. Il s'est pris un mur alors qu'il comptait reconquérir son ex-compagne. C'est une réaction inappropriée, bien sûr, mais qui reste humaine. »

Jugement le 30 mars.