Le petit Yann, 7 mois, a perdu la vie, le 15 septembre 2019, au domicile familial au Faubourg de Bruxelles à Gosselies dans des circonstances troubles. Après plusieurs mois d’enquête, les soupçons portés sur Maude D., mère du bébé âgée de 23 ans, semblent se confirmer.

Et mardi dernier, après une longue audition, la mère de famille a été inculpée et placée sous mandat d’arrêt pour infanticide. Le juge d’instruction estime avoir en sa possession une série de pièces qui contredisent la mère de famille, qui conteste avoir volontairement tué son fils.

Il faut dire que l’attitude de Maude D. depuis le décès de Yann ne l’a pas aidée à écarter tous les soupçons. La mère de famille de trois enfants a multiplié les versions depuis le décès du bébé. À certains proches, Maude D. a expliqué s’être endormie dans le lit-cage et s’être retrouvée sur son fils lorsqu’elle s’est réveillée. Maude D. a tenté de convaincre les personnes que le petit Yann a perdu la vie à la suite d’une mort subite à la suite d’une erreur médicale. Elle avait d’ailleurs créé un groupe sur Facebook pour dénoncer l’erreur médicale dont son enfant, qu’elle prétendait être malade, avait été victime. La mère de famille nie avoir volontairement mis fin à la vie de son bébé.

Me Lauvaux, qui défend la mère de famille, avait plaidé vendredi dernier une remise lors de la première comparution devant la chambre du conseil de sa cliente. L’avocat souhaitait examiner l’entièreté du dossier, qui comporte deux cartons et des pièces contenant plusieurs dizaines de pages, et s’entretenir avec sa cliente, détenue à la prison de Berkendael à Bruxelles.

Ce lundi, le dossier a été bel et bien plaidé devant la chambre du conseil de Charleroi. La défense a sollicité la remise en liberté de Maude D. Mais sa détention préventive a été prolongée pour un mois, a confirmé le parquet de Charleroi.