C’est encadré par quatre policiers que Maude D., actuellement détenue à la prison de Mons, se présente devant la 11e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi ce lundi. Inculpée pour l’infanticide de son enfant de 7 mois en octobre dernier, Maude D. s’est constituée partie civile contre Christine, sa tante. Cette dernière reconnaît avoir eu "un geste inapproprié" envers Maude D.

Et ce geste inapproprié était une gifle, le 2 juillet 2019, dans la file de l’une des caisses du Carrefour Market de Gosselies. Ce jour-là, Maude D. effectue ses courses dans le magasin avec son bébé dans la poussette. À l’approche des caisses, elle croise la route de sa tante. Et la situation familiale entre les deux femmes est loin d’être calme, à cause de tensions familiales…

Des mots sont échangés entre les deux femmes avant que Christine assène une gifle à Maude D. "Je voudrais vraiment m’excuser pour mon geste", confie Christine à sa nièce. Lors de la même scène, Christine avoue également avoir poussé la poussette de la mère de famille.

La substitute Dutrifoy admet volontiers qu’il ne s’agit pas du dossier du siècle, mais le comportement de Christine doit être sanctionné. La peine maximale pour cette prévention de coups et blessures volontaires est requise contre Christine : 6 mois de prison avec une amende. Cette dernière a déjà été condamnée par la justice en 2014. Christine avait écopé d’un an de prison avec un sursis de 3 ans pour des faits désagréables de coups et blessures et traitement dégradant.

En toute fin d’audience, Christine a encore tenu à réitérer ses excuses envers Maude D., tout en plaidant une peine de travail. "Je ne pense pas être un danger pour qui que ce soit. Il y avait eu des menaces envers mes enfants et des moqueries à la suite du décès de mon père. Mais je le répète, mon geste n’était pas approprié."

Jugement le 15 février prochain.