Pour une première devant un tribunal correctionnel de Charleroi, Maurice, 63 ans, doit répondre de deux scènes de coups et blessures volontaires sur sa compagne de l'époque, en 2018. Le 7 mars 2018, à Anderlues, une première scène de violence éclate dans le couple. Maurice confirme avoir repoussé la victime, « qui s'est lancée sur lui », précise-t-il. « Je l'ai tenu par les avant-bras, mais je ne l'ai pas frappé. »

Le 8 juillet 2018, sur le chemin de retour de l'Abbaye d'Aulne, Maurice admet avoir porté deux gifles à la victime, dans la voiture. « Elle ne voulait pas retourner. Je me suis énervé, elle m'a crié dessus et je lui ai mis deux gifles. » Pour le parquet, il s'agit là d'une "erreur de parcours" sur fond d'alcoolémie et de relation toxique. La simple présence devant le tribunal suffit, selon le substitut Brichet. Une suspension du prononcé est donc sollicitée.

Me Gelay, à la défense, va dans le même sens et plaide également cette mesure de faveur, en dressant le portrait d'un homme bon, qui n'a jamais été violent en 27 ans de mariage et en sept ans d'union avec une autre femme. Jugement le 10 février.