Cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour s’expliquer sur les faits, Mike ne s’est jamais présenté face aux juges et sera donc jugé par défaut. Ce dernier est poursuivi pour avoir volontairement incendié son ancien appartement, duquel il venait d’être expulsé, le 28 février 2019 à la rue Léon Bernus à Charleroi.

Ce soir-là, les pompiers et la police sont appelés à intervenir pour un incendie touchant un appartement situé au troisième étage d’un immeuble appartenant à Roberto. Et très rapidement, une fois que le sinistre est maîtrisé, les pompiers confirment la thèse criminelle.

Les soupçons se portent sur Mike

Aussitôt l’incendie maîtrisé se pose la question de l’identité du pyromane. Et les soupçons se portent rapidement sur Mike. Ce dernier vient en effet d’être récemment expulsé de son logement du 2e étage, sur décision du juge de paix, pour ne plus avoir payé son loyer depuis un certain temps. Une information anonyme indique également qu’il est entré dans l’immeuble avant de le quitter quelques instants avant le déclenchement de l’incendie. Son ADN a été retrouvé sur le papier journal utilisé pour allumer le feu et sur le bidon d’essence découvert dans l’incendie.

Mike a scruté l’intervention des hommes du feu, en ayant changé de vêtements. Une peine de minimum 3 ans de prison est requise. Jugement le 12 janvier 2022.