Charleroi Resul S. se montre violent envers sa propre famille. Le ministère public demande l’internement du prévenu.

L’homme est poursuivi pour scènes de violences. En 2017 et 2018, Resul s’est emporté contre son frère, son père et sa sœur.

Le 30 avril 2017, Resul a attrapé et étranglé son frère, car ce dernier n’avait pas bien essuyé la salle de bains après l’avoir utilisé. Deux mois plus tard, il s’en prend à sa sœur, la menaçant de la tuer armé d’un couteau de cuisine d’une trentaine de centimètres. Le problème ? Il n’accepte pas que sa sœur, qui vit habituellement en Turquie, revienne en Belgique pour les vacances.

En avril 2018, le prévenu détruit la porte d’entrée de l’appartement de son père à la barre de fer. Resul s’en prend également à la Mercedes de son père, à la hache, après que ce dernier refusait de prêter de l’argent à son fils. "Il a même invité son père à l’extérieur pour lui montrer ce qu’il faisait sur sa voiture", détaille la substitute Florence Loosen.

C’est toute la famille qui se trouve dépitée et fatiguée par le comportement violent de Resul S.

Toutes les possibilités ont pourtant été envisagées afin d’éviter une comparution correctionnelle au prévenu, mais même la médiation pénale n’a pas eu l’effet espéré. Un rapport psychiatrique signale que Resul a un trouble mental, qui diminue sa capacité de discernement et le plonge dans un délire permanent.

Le ministère public requiert l’internement du prévenu. "Resul explique avoir été victime de la magie noire de sa sœur, après avoir mangé un saucisson piquant pour tomber amoureux", détaille la substitute Loose.

Me Krystel Inglese, avocate du prévenu, plaide également l’internement de son client.

Jugement, le 5 novembre.

(Image d'illustration)

Correction 14h49: Resul était représenté par Me Krysel Inglese et n'était pas "absent et jugé par défaut" comme écrit précédemment.