Fin 2011, Élisabeth rencontre Ghislain. Rapidement, les deux tourtereaux entament une relation amoureuse. Mais l’histoire va tourner en eau de boudin, fin 2012. Quelques mois avant ça, l’amoureux a donné 50.000 euros à sa chérie. « Je l’ai pris pour un cadeau. Il m’a dit que c’était pour me mettre à l’abri. Et après la séparation, il m’a réclamé l’argent », explique la sexagénaire.

La justice ne reproche pas à la prévenue d’avoir accepté l’argent, mais bien d’avoir organisé frauduleusement son insolvabilité pour éviter de devoir rembourser l’argent, alors qu’elle s’était engagée personnellement à remettre l’importante somme. Véronique, sa fille, est suspectée d’avoir reçu une partie de l’argent sur son compte bancaire et d’avoir aidé sa mère à dissimuler l’argent. « Je n’étais pas au courant de cette histoire au départ. J’aurais bien aimé recevoir cet argent, mais ce ne fut jamais le cas. »

Me De Clercq, partie civile, admet qu’une partie de l’argent a été remboursée à son client, mais il manque 26.000 euros. Pour le parquet, Véronique a bien reçu 44.000 euros sur son compte bancaire et était au courant des agissements suspects de sa maman. Compte tenu de l’ancienneté des faits (entre 2012 et 2015), une mesure de faveur est requise contre les deux femmes.

Jugement dans un mois.