Merlin Entertainments explique vouloir étendre sa présence en Europe, et plus particulièrement dans la région du Benelux et du nord de la France, et travailler en étroite collaboration avec la Sogepa, le bras financier de la Wallonie. "Après avoir examiné beaucoup d'options, l'équipe Merlin donne la priorité au site de Gosselies en Belgique, dans la région de Charleroi", indique le groupe dans un communiqué, ajoutant devoir encore réaliser diverses études et analyses, en collaboration avec la Sogepa, qui est propriétaire du site de 100 hectares, idéalement situé à proximité d'axes routiers et autoroutiers et de l'aéroport de Charleroi. 

"Nous allons continuer à travailler avec tous les acteurs clefs dans la région, notamment la Sogepa, et nous prendrons une décision définitive sur le projet quand les effets de la pandémie seront passés", ajoute le responsable du groupe pour les parcs Legoland, John Jakobson, cité dans le communiqué. 

Le projet de parc Legoland actuellement sur la table s'étendrait sur 70 ha, soit environ deux tiers de l'ex-site de Caterpillar. L'espace restant pourrait servir pour une future extension ou pour une zone verte, selon Merlin. 

Le groupe britannique, qui exploite entre autres les parcs Sealife et possède le musée de cire Madame Tussauds ou la grande roue de Londres, se présente comme le numéro deux mondial des parcs d'attractions, derrière Disney. Si le projet d'implantation en Wallonie se concrétise, il s'agirait du quatrième parc Legoland en Europe, le dernier ayant été inauguré dans le sud de l'Allemagne, il y a 19 ans.