Charleroi

L'avocat général a requis, vendredi devant la cour d'Assises du Hainaut, de lourdes peines contre quatre jeunes Carolorégiens reconnus coupables d'un vol avec violence, avec plusieurs circonstances aggravantes dont celles d'avoir torturé et tué Nicolas El Mjaidri (24 ans), le 5 novembre 2016 à Charleroi. 

La réclusion criminelle à perpétuité a été réclamée pour Alexandre Devos et Jean-Marie Demeure, avec, pour le premier, mise à disposition du TAP pour dix ans. Trente années de réclusion criminelle ont été demandées pour Jason Saume et Martin Prince, pour lesquels l'accusation a retenu des circonstances atténuantes.

Les avocats de la défense ont plaidé dans la foulée. Isabelle Vander Eyden s'est opposée à la peine de réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une mise à disposition du TAP, requise contre Alexandre Devos. "La perpétuité, c'est la guillotine des temps modernes. Cette sentence est violente et le mettre à disposition est une double peine, c'est le priver de tout espoir", a-t-elle argumenté.

Pour Sophie Delmotte, avocate de Jean-Marie Demeure, "il y a un être humain derrière le crime horrible et c'est cet être humain qu'il faut sanctionner".

Les avocats de Jason Saume, Nabil Khoulalène et Caroline Delatte, ont demandé aux jurés de retenir plusieurs circonstances atténuantes. "Mais il ne faut pas descendre sous la barre des vingt ans", a demandé le premier, qui assistait sa consœur qui suit Jason Saume depuis le début de l'affaire mais dont c'était la première cour d'assises. "Mon client, c'est un paumé, abandonné par ses parents, qui est tombé entre les pattes du caïd, Devos".

Enfin, les avocats de Martin Prince ont relevé des circonstances atténuantes: son parcours de vie déstructurant, le traumatisme d'un accident de la route de 2012 qui a couté la vie à son beau-père (le véhicule s'est embrasé et Prince a sauvé ses frères), la personnalité effacée de l'accusé, son jeune âge, son absence de maturité, ses aveux et ses regrets.

Le jury de la cour d'assises du Hainaut a prononcé, jeudi, la culpabilité des quatre jeunes qui étaient accusés d'un vol avec violence, avec plusieurs circonstances aggravantes dont celles d'avoir torturé et tué Nicolas El Mjaidri (24 ans), le 5 novembre 2016 à Charleroi. La défense n'avait rien contesté, les quatre hommes ayant pris part à toutes les étapes de ce vol qui s'est terminé par la mort d'un gamin vulnérable.

Les jurés ont donc répondu "oui" aux trente-six questions qui leur ont été posées. Les circonstances aggravantes de meurtre et de torture sont établies, tout comme la prévention de fraude informatique.

Le 5 novembre 2016, Nicolas El Mjaidri avait été emmené dans une maison à Damprémy par son ami Jean-Marie Demeure. Alexandre Devos, Jason Saume et Martin Prince étaient sur place. La victime avait été rouée de coups. Alexandre Devos voulait "péter" le jeune homme et le racketter de sa voiture et de son argent. Après avoir été frappé à coups de marteau, Nicolas avait été ligoté et emmené dans un hangar froid et humide à Lodelinsart. Sur la route, ses bourreaux avaient tenté de retirer de l'argent avec sa carte bancaire.

Trois jours plus tard, le corps de Nicolas était retrouvé dans le hangar, ligoté, sanglé, torturé, sous une planche en bois. Alexandre Devos avait tenté de vendre sa voiture et son téléphone. L'acheteur potentiel l'avait dénoncé à la police après avoir reçu ses aveux. Alexandre Devos a été arrêté le 9 novembre, comme Jean-Marie Demeure. Jason Saume et Martin Prince ont été arrêtés le 11 novembre 2016. Ils sont détenus depuis les faits.

Le jury est parti délibérer sur la peine vers 12h40.