Ce mardi après-midi, le quartier de la rue du Phénix à Dampremy a connu un important déploiement des forces de l’ordre. Un riverain, Michael B., a menacé de faire sauter sa maison à la suite d’une dispute conjugale avec son épouse. "Il y a eu une dispute entre les deux plus tôt dans la journée. Quand l’épouse est revenue à la maison, le retranché se trouvait dans un état second et menaçait de tout faire sauter", détaille Sandrine Vairon, procureur de division de Charleroi. Michael B. avait également ingurgité des médicaments et de l’alcool.

La police a été alertée via l’épouse du suspect, qui s’est réfugiée ailleurs pour se mettre à l’abri. La menace d’une possible explosion a été prise au sérieux. "C’est une famille qui a l’habitude de cuisiner via des bonbonnes de gaz. Et effectivement, il y avait une bonbonne en fonction." Plusieurs pompiers ont été déployés sur place, de même que plusieurs équipes de la police locale de Charleroi. Un périmètre de sécurité a été dressé aux alentours de l’habitation.

Les unités spéciales sur place

Le CGSU (unités spéciales de la police fédérale) et le GSA (groupe de surveillance et d’appui de la zone de police de Charleroi) sont intervenus sur place. Après plus de deux heures de négociations, le contact avec le forcené a été interrompu, ce qui a provoqué l’intervention des unités spéciales. "Le suspect ne donnait plus de signe de vie. On pensait au pire donc les unités spéciales ont investi les lieux en fracturant la porte d’entrée et une fenêtre." Surpris et mal en point à cause de son état second, Michael B. a finalement été appréhendé vers 17h35, sans être blessé par l'intervention des secours.

Déjà connu pour des envies suicidaires

Michael B. a été pris en charge par les secours et transporté en milieu hospitalier. Son état de santé est inconnu. "Mais il a été perfusé sur place par les ambulanciers." Ce n’est pas la première fois que Michael B. manifeste des envies suicidaires. Le père de trois enfants semble également avoir été profondément touché par le suicide de sa maman. "Et on s’approchait de la date du décès de cette dernière. La dispute conjugale et ce souvenir tragique ont probablement entraîné cette réaction du suspect", confirme le parquet de Charleroi.

Michael B. sera auditionné quand son état de santé le permettra.