Les riverains veulent conserver le caractère rural de leur village

GERPINNES Les riverains de Gerpinnes Flaches ne cachent pas leur mécontentement. Ils s’opposent, depuis deux semaines, à un vaste projet immobilier au cœur de leur village. Sur l’ancien site du centre d’ergothérapie qui se trouve juste à côté de l’habitation de l’artiste Charles Szymkowicz, un entrepreneur a déposé devant la commune un dossier de création de deux blocs de huit appartements et de six maisons unifamiliales.

“C’est surtout le gabarit des habitations qui pose problème”, explique Annette Herman, riveraine. “La hauteur de ces futures constructions va dépasser celle des maisons actuelles de cinq mètres. Il y aura également des balcons et un parking souterrain dont l’une des sorties est prévue à proximité d’un tournant dangereux. La route est déjà très risquée. De plus, je me demande s’il y aura assez de places pour les véhicules des futurs habitants.”

Ce n’est pas tant le projet de construction qui pose problème aux habitants mais la démesure de celui-ci, selon leurs propres dires. “Je suis un habitant de Gerpinnes depuis longtemps”, précise l’artiste Charles Szymkowicz. “Je ne peux pas accepter qu’on dénature le caractère rural de notre village. Mon atelier profite d’ailleurs de l’exposition du soleil. Je vais perdre cet avantage, avec la création du futur complexe.”

Les riverains reprochent également le manque d’informations de la part de la commune. “On n’a pas tous reçu une lettre pour nous annoncer cette future réalisation”, précise Annette Herman. “Il n’y a également qu’un seul avis d’urbanisme qui se trouve sur le site.”

Les riverains reprochent notamment à la ville son manque de vision d’ensemble : “Il faut absolument un schéma de structure afin d’éviter les dérives. Aujourd’hui, dès qu’un projet répond aux normes, il peut voir le jour. Ce n’est pas normal.”

Les Gerpinnois peuvent encore rentrer leurs réclamations et leurs observations à la commune jusqu’à lundi. Des doléances qui pourraient faire changer les choses. “J’espère que les Carolos vont se mobiliser afin de nous aider dans notre combat”, explique Charles Scymkowicz.



© La Dernière Heure 2012