C'est ce 15 octobre à l'Eden que le rappeur Carolo Mochélan présente son nouvel album Rewind. Si avec ses talents de comédien et d'interprète il a déjà conquis le public notamment avec ses spectacles Poumon Noir et Le grand feu, ce vendredi, il revient à son premier amour : le rap. Se référant à l'ancienne école,celle dont la parole est d'or et le micro d'argent, présente son album intitulé Rewind aux textes réfléchis et universels. "Pendant le confinement, je me suis replongé dans mes textes. J'ai pris le temps d'apprécier leurs valeurs. J'ai eu envie de raconter une histoire et de les appréhender autrement. De là est né Rewind."

L'album raconte l'histoire d'un homme, père d'un petit garçon, qui approche la quarantaine et qui a traversé une période difficile. Se pose alors la question de la transmission. "Est-ce que si je lui transmets les valeurs que moi j'ai ici et maintenant, est-ce que ce n'est pas lui tirer une balle dans le pied pour le reste de sa vie ?" Rewind est le résultat de la pensée de cet homme qui cherche à retracer le fil de sa vie pour comprendre d'où il est parti et ce qu'il va transmettre à son fils. Chaque morceau évoque une période de sa vie.

Par cet album, Mochélan se livre malgré tout par le biais de son "héros". "C'est toujours un peu autobiographique parce que le rap est comme ça, une écriture dans l'urgence, une écriture de sa propre personne. L'utilisation d'un pseudonyme sert aussi à dépasser le côté anecdotique de ma vie à moi et de voir jusqu'où je peux aller pour toucher l'universel et trouver un propos qui peut raconter une génération."

Pour mener à bien le projet, le rappeur a pu compter sur la collaboration de OldJazz rencontré au théâtre Poche quand Mochélan y présentait le Grand Feu.

L'habitué des mots et de la scène revient pourtant à l'essence de ce qui l'a construit : le rap. "Même si c'est de là que je viens, je n'ai jamais fait un album comme ça parce que, très vite quand j'ai commencé à faire de la musique, j'ai pris plusieurs directions dont le théâtre. Suite à notre rencontre nous avons eu envie de faire un album en écho à notre amour du rap des années 90 mais à la sauce 2020."

Ce retour aux sources est pour Mochélan le fruit d'un constat que bon nombre de personnes ont pu faire lors des différents confinements. "Cette période ci n'est-elle pas propice à me recentrer. Le confinement a permis de prendre le temps que l'on avait plus. Si j'ai décidé de faire cet album c'est pour ne pas oublier que, même si le tourbillon de la vie reprend, c'était bien de prendre le temps et de se questionner. J'ai clairement eu des hauts et des bas mais j'en suis sorti grandi. Ma vie ne sera plus pareille ! N'oublions pas les choses essentielles. Que peut-on transmettre de sa jeunesse y compris à soi-même ?"

Par ce projet, Mochélan se retrouve "upgrader" dans sa vie d'homme, sa vision de la vie a encore évoluée. Si d'aucuns le trouvent parfois "consensuel" ou "trop gentil". Il reste naturel et détourne ses colères et autres interrogations dans des textes qui font souvent mouche sur les différentes scènes qu'il a foulées.

Malgré la reconnaissance de son talent et les nombreux prix qu'il a pu recevoir, Simon Delecosse alias Mochélan ne comprend toujours pas les raisons pour lesquelles on le tient éloigné des programmations radios alors que dans les jurys décernant ces prix y figurent en bonne place les programmateurs radios.

Pour Rewind, à bon entendeur... salut !