Ils sont nombreux à croire à l’eldorado européen. Mais une fois sur le sol belge, la vie est loin d’être rose. Pour survivre, ils sont contraints de travailler en black ou de vendre de la drogue. Mohamed B. fait partie de ces gens qui ont espéré vivre une meilleure vie loin de leur pays natal. Après avoir transité par plusieurs pays, Mohamed atterrit finalement en Belgique. Mais la réalité l’a rattrapé et l’a conduit tout droit devant le tribunal correctionnel de Charleroi.

Détenu à la prison de Jamioulx, Mohamed a été surpris par la police en plein échange avec une cliente. Les policiers sont formels. Ils ont vu Mohamed fournir une boulette de cocaïne à la femme, en échange d’argent. Pourtant, face au tribunal, le jeune homme jure n’avoir rien vendu. D’après lui, il a simplement voulu aider la femme. « Je lui ai donné deux euros pour lui permettre de manger. À chaque fois que je la vois, je l’aide. » Malgré le témoignage de la cliente qui confirme la vente, Mohamed parvient à fournir une explication. « Peut-être qu’elle a eu peur de la police ou d’aller en prison. Une fois, je lui ai même acheté une veste, car il faisait froid », explique le bon samaritain.

Le substitut Bouilliez ne tombe pas dans le panneau et requiert une peine de deux ans de prison ferme contre Mohamed. Selon lui, les constatations policières et le témoignage de la cliente suffisent à établir que Mohamed est bel et bien un dealer. Ce dernier est également en récidive, condamné en 2019 à 15 mois de prison pour stupéfiants et 18 mois pour vols avec violence. Jugement pour le 6 août.