"En cette semaine de la Toussaint, perturbée encore par cette nouvelle vague de crise sanitaire, nous avons tenu plus que jamais à rendre hommage comme nous le faisons chaque année aux morts de la Rue. Parce que se souvenir des disparus, c’est aussi une manière de rendre hommage aux vivants et prendre soin de ceux qui restent. La crise sanitaire et l’approche de la période hivernale nous rappellent la nécessité d’être présents aux vivants et de prendre soin des plus fragilisés", écrit le Relais Social dans un communiqué de presse.

Depuis de nombreuses années, le Relais social de Charleroi, ses partenaires du réseau de la grande précarité, des collectifs d’utilisateurs de services, des citoyens et des élus locaux se réunissent, en cette période de l’année, afin de commémorer les "Morts de la Rue". Cette cérémonie est l’occasion de rendre un hommage à ceux et celles qui nous ont quittés au cours de l’année. Généralement, elle se déroule à l’Hôtel de Ville de Charleroi, dans la salle du Conseil, un lieu symbolique s’il en est pour honorer ses citoyens disparus. Mais cette année, elle n'aura pas lieu. Le Relais Social et son réseau tiennent cependant à rendre hommage à ces personnes décédées.

"Qui sont les Morts de la Rue ? Des personnes que nous rencontrons tous, au hasard d’une rue ou d’un parc sans forcément savoir que cette rue ou ce parc est littéralement leur lieu de vie, sans nécessairement se rendre compte rapidement que, si on ne le croise plus depuis un certain temps, c’est parce qu’elles sont décédées. Les Morts de la Rue sont ces personnes dites "sans-abri" qui font partie de notre quotidien, occupent l’espace urbain telles des ombres dont la présence n’atteint notre conscience que lorsqu’elles ne sont plus là."

Le communiqué insiste : "En cette période de crise virale, les personnes sans-abri sont en plus grande souffrance que de coutume non parce qu’elles sont plus que d’autres atteintes par la maladie mais parce qu’elles sont surtout frappées, de plein fouet, par les mesures sanitaires : les services sont moins accessibles, la distanciation oblige, les écarts se creusent et enfin moins de monde dans les rues pour donner une pièce…"

Cette année, Maklouf, Gabriel, Jean-Marie, Yasim, Youny, Frédéric, Valéry, Michel, Jessica, Steve, Dominique, Jean-François, Eddy, William, Freddy, Patrice, Fabrice, Nicolas, René, Johnny, Mario, Michael et Thomas nous ont quittés, note enfin le Relais Social de Charleroi.