Charleroi Des motards viennent s’amuser dans les bois et les terrils de Moignelée.

Bruits, poussières : les riverains du petit village de Moignelée, entre Sambreville et Farciennes, ont la vie pourrie par des motos et des quads qui circulent sans arrêt, et en toute illégalité, sur les terrils proches. "Ils sortent dès qu’il fait beau et, en plus du bruit horrible tous les week-ends, toutes les vacances, ils soulèvent plein de poussière… et quand on voit la couleur du linge qu’on met à sécher dehors, on a peur pour nos poumons", explique Lionel Cavillot, qui n’en peut plus.

Il faut dire que la rue Émile Vandervelde serait des plus calmes sans cela : de belles maisons, avec un jardin (et une vue) donnant sur un bout de vallée de la Sambre. Sauf qu’en contrebas se trouve le site de Bonne Espérance, huit hectares d’anciens charbonnages, aujourd’hui propriété du Port autonome de Namur. Et c’est là qu’au moindre rayon de soleil tous les quads et motos des environs se donnent rendez-vous dans la plus grande illégalité. "On est bien conscients des problèmes que rencontrent les riverains", explique Dominique De Paul, le directeur du Port autonome. "Nous avons déposé plainte à de nombreuses reprises à la police, mais ils reviennent systématiquement."

- La commune a aussi interpellé la police, qui s'avoue impuissante contre les engins qui fuient dès qu'ils arrivent.
- Les riverains proposent des solutions, mais personne n'a l'air d'écouter.
- Les habitants s'inquiètent aussi de polluants dans les poussières soulevées par les motos et les quads.

[...]