Le 21 janvier dernier, après plusieurs remises, le tribunal correctionnel de Charleroi a enfin eu accès à cette fameuse vidéo que la défense évoquait depuis un certain temps. D’après Mustafa, cette vidéo allait permettre de faire la lumière sur les événements qui ont eu lieu le 31 mars 2018 à Charleroi et de l’innocenter une bonne fois pour toutes.

Sur cette vidéo filmée par Mustafa lui-même, on voit Jean-Marie avec le visage en sang. « Je ne t’ai jamais touché, je m’appelle Mustafa. Tu peux appeler qui tu veux, il y a aucun souci puisque je ne t’ai rien fait », dit Mustafa dans la vidéo. Ce dernier est clair. Son innocence est prouvée.

Mais la partie civile et le parquet pensent le contraire. Oui, cette vidéo existe et ne montre aucun coup porté à Jean-Marie. Mais la scène a été filmée après la première scène, la plus importante dans ce dossier. Quelques instants avant, la compagne de Jean-Marie se fait dépasser par la droite par un véhicule. Après des klaxons et des appels de phare, Mustafa sort de cette voiture et assène plusieurs coups de poing et de pied à Jean-Marie. « Ils ne le connaissent pas et mon client maintient la même version, après avoir visionné cette vidéo. Pourquoi impliquer le prévenu et pas quelqu’un d’autre ? », s’interroge Me Brocca, conseil de Jean-Marie.

La substitute Marr confirme sa position, considérant que les coups ont été portés avant la vidéo. Et c’est Mustafa qui en est l’auteur. « La victime et sa compagne confirment les faits. Il y a des constatations policières et médicales qui confirment l’existence de coups. » Même si la défense évoque une possible chute suite à l’état d’ivresse de Jean-Marie, le parquet requiert une peine de 6 mois de prison ferme. Le casier judiciaire de Mustafa ne lui permet plus d’obtenir un sursis. Jugement dans un mois.