Jusqu’à présent, Nicolas n’a aucun antécédent judiciaire et n’a jamais comparu devant un tribunal correctionnel. Mais sa jalousie maladive le conduit tout droit face au juge Davio. Nicolas a vécu une relation tendue avec Stéphanie. Le couple s’est séparé une première fois en mai 2017. Séparation mal vécue par Nicolas, qui ne supporte pas l’absence d’explications de son ex-compagne. Du coup, Nicolas cherche par tous les moyens d’avoir une discussion avec Stéphanie. Le 1er juin 2017, Stéphanie refuse de dialoguer avec Nicolas malgré sa présence devant sa porte d’entrée à Courcelles. Dix jours plus tard, Stéphanie accepte. La discussion s’envenime dans le véhicule.

Nicolas blesse Stéphanie en arrachant son GSM pour vérifier les messages qu’elle échange avec son ex-mari, avec lequel elle vit encore. Plusieurs hématomes sont constatés sur Stéphanie, à cause de la ceinture de sécurité. Le 13 juin, Nicolas débarque chez Manon, amie de Stéphanie pour avoir une discussion. "Tu vas crever, tu vas voir ce qu’il va arriver à ta voiture", prévient Nicolas.

Après ça, Nicolas et Stéphanie se remettent ensemble jusqu’à la séparation, cette fois-ci définitive, en janvier 2018. Le 9 mars, une voisine de Stéphanie lui fait remarquer que Nicolas s’est introduit chez elle, grâce à son double de clés. Quand elle rentre, Stéphanie découvre du shampoing déversé dans la cave et de la sauce samouraï dans sa boîte aux lettres.

Peu enclin à laisser tranquille son ex, Nicolas va remettre de la sauce dans la boîte aux lettres 14 jours plus tard avant de se rendre chez l’employeur de Stéphanie pour détruire une vitre. Nicolas admet avoir adopté un comportement harcelant, mais nie avoir voulu blesser Stéphanie dans la voiture. Une peine de 12 mois de prison, en envisageant un sursis, est requise.

Jugement le 13 octobre.