En avril 2020, la chorale citoyenne de Charleroi devait participer à un festival en faveur des droits des enfants. Mais à cause de la crise sanitaire, cet événement a dû être annulé, comme beaucoup d’autres ailleurs. "Nous nous sommes retrouvés sans rien. Nous n’avons plus eu de répétition. Mais pour être toujours dans le coup, nous nous sommes mis à l’écriture d’un texte de Bernard Lavilliers. "Les mains d’or" est un peu notre chanson fétiche. Nous sommes une chorale qui à la base devait être éphémère, mais nous avons évolué", explique Marc Durieux, le président des "Motivés". Le chanteur français a donné son accord, tant que la chorale ne sort pas de CD.

En aout 2020, quand les conditions étaient devenues un peu meilleures, la chorale a pu répéter par groupe de 10. "Par la suite, quand nous n’avons plus pu nous réunir, nous avons dû enregistrer le son un par un. Cela a été très compliqué", se remémore le président.

L’idée d’en faire un clip vidéo était née depuis le début du projet. Cependant, le scénario a été changé plusieurs fois. "Nous avons dû rentrer un dossier Events à la Ville de Charleroi pour avoir la permission de filmer".

Le message que veut faire passer la chanson est simple : la population veut que la culture rouvre. Ce n’est pas seulement une demande des artistes. "Dans le clip, chaque choriste, qui est un citoyen, tient un objet qui représente la culture. Il est mis en valeur car il est en couleur."

"No culture, no futur" sera la seule initiative de la chorale citoyenne de Charleroi. "Nous l’avons lancé sur fonds propre, grâce à de petits bénéfices. Nous ne recevons pas de subvention. La force de notre chorale, c’est que nous chantons avec nos tripes."

"Les Motivés" espèrent que la situation sanitaire s’améliore pour créer un projet pour célébrer leur 10 ans d’existence au mois d’octobre.

https://www.youtube.com/watch?v=cZZGInBCkVE