Charleroi Une entreprise d’insertion participative qui s’impose comme un modèle.


Au café-restaurant Notre Maison, le siège de l’action commune chrétienne à Charleroi, les travailleurs ont désormais leur mot à dire sur la tenue de l’établissement.

Comme l’explique la secrétaire fédérale du Mouvement ouvrier chrétien (MOC) de Charleroi Thuin, Adeline Baudson, "l’entreprise d’insertion a ouvert son capital aux sept membres de son personnel voici un an. Deux d’entre eux ont acquis des parts. À ce titre, ils participent à l’assemblée générale".

Dans cet esprit de mobilisation collective et de partenariat, le MOC a organisé des formations à la lecture de comptes et de bilans. Des "commissions" intermédiaires sont enfin programmées six fois par an afin d’aborder tant l’opérationnel que l’avenir en présence des travailleurs. "C’est là que nous avons décidé de tester la fermeture à 20 heures au lieu de 18." Autre nouveauté : mettre à la carte du restaurant une suggestion végétarienne hebdomadaire. L’entrée dans l’actionnariat de trois centrales du syndicat chrétien a contribué à l’amélioration de la situation financière.

Conçue dans l’esprit des maisons du peuple et des cercles ouvriers, Notre Maison a vu le jour en juin 1953, en même temps que son café-restaurant, qui est le plus ancien de la ville basse. La façade de l’imposant bâtiment garni de hautes colonnes comporte un bas-relief monumental qui fait le coin entre la rue Pruniau et le boulevard Tirou : sous une Vierge à l’Enfant figurent des représentations du mineur, du métallurgiste et du verrier, les trois métiers emblématiques de l’industrie du Pays noir.

Lieu de débat citoyen et de vie à la fois militante et associative, le café-restaurant est aussi depuis les années 2000 une entreprise d’insertion. "Dans ce cadre, nous avons détaché une animatrice du MOC à l’accompagnement social et à la préparation des entretiens de stage" , indique la secrétaire fédérale. "Nathalie Dubuisson est la référente des salariés et des articles 60 formés aux métiers de l’Horeca." Selon des horaires particulièrement attractifs pour le secteur, puisque la brasserie n’ouvre qu’en journée et pas le week-end, ni les jours fériés, hors privatisation pour des événements.

Tous les mois, une rencontre-débat à thème est organisée : les budgets participatifs étaient à l’affiche en octobre. Les associations constitutives du MOC mènent quant à elles des actions solidaires. La secrétaire fédérale du MOC cite l’exemple de la Table d’Autres, imaginée par les Équipes populaires.

Chaque mois, un menu est élaboré et offert par des bénévoles à partir de légumes invendus du marché.