La ligne artistique reste la même mais chaque institution reprend une certaine autonomie

CHARLEROI Depuis avril dernier, l’Eden, le centre culturel régional de Charleroi, a son propre directeur. Fabrice Laurent a repris une partie des fonctions occupées depuis dix ans par Pierre Bolle, lui-même directeur du palais des Beaux-Arts. Alors que la saison redémarre, les deux institutions ont ainsi l’occasion de reprendre une certaine autonomie, administrative du moins.

“Le personnel de l’Eden, auparavant installé au PBA, intègre à nouveau les locaux du centre culturel”, précise Fabrice Laurent. “Il y a désormais une structure propre à chaque partie. Cela nous permet d’optimiser l’offre culturelle sur Charleroi.”

L’Eden se charge des musiques actuelles, du programme jeune public, du théâtre, des ateliers alors que le palais des Beaux-Arts s’occupe du lyrique, des spectacles internationaux, du cirque et d’événements ponctuels comme le festival Bis-Arts.

Au niveau de la programmation, cette nouvelle répartition ne change cependant pas grand chose. “La ligne artistique reste la même”, poursuit Pierre Bolle. “Et les collaborations entre les deux institutions mais aussi avec l’Ancre et Charleroi/Danses se poursuivent.”

Les opérateurs culturels carolos s’attendent cependant à vivre des mois difficiles. Le problème est toujours le même : le manque d’argent. “Notre offre de spectacles va diminuer à partir de 2014”, insiste encore Pierre Bolle. “L’Eden et le PBA ne sont pas les seuls concernés. Charleroi continue à ne pas avoir son dû en terme de subsides de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le PBA a eu un refinancement de 240.000 €. Cependant, il est perdu à cause de la baisse du subside apporté par la Ville de Charleroi. En six ans, cette aide a baissé de 420.000 €.”

L’Eden, de son côté, reçoit 560.000 € de la ville et 780.000 € de la Fédération. Et pourtant, les opérateurs innovent. Le PBA a programmé quatre spectacles dans son nouveau hangar, spécialement aménagé en salle de théâtre. L’Eden, de son côté, proposera une nouvelle ambiance dans la brasserie, qui sera accessible en novembre.



© La Dernière Heure 2012