Ils sont nombreux à venir des pays de l’Est afin de travailler (le plus souvent en black) chez nous sur des chantiers. Oleh ne déroge pas à la règle. Débarqué d’Ukraine pour terminer un chantier de plusieurs lotissements à Forchies-la-Marche, Oleh n’a pas eu le temps de terminer son travail et s’est retrouvé tout droit en détention préventive.

Le 17 décembre 2020, au sein d’un des logements en travaux, Oleh s’est violemment emporté sur un homologue fraîchement débarqué de Pologne en bus pour poser du carrelage. Vers 1h du matin, la police et les secours ont été requis sur place suite à de nombreux appels de riverains, interpellés par le bruit provenant d’un des logements. Sur place, les policiers découvrent une scène d’horreur. L’ouvrier polonais git au sol, dans le sang. Oleh, lui est interpellé calmement par les forces de l’ordre.

Ce dernier passe aux aveux, expliquant avoir eu une altercation avec son collègue à mains nues, avant de se saisir d’un marteau pour asséner plusieurs coups à la tête et aux jambes. Si Oleh signale avoir soupçonné son confrère de lui avoir volé son argent, le substitut Lafosse évoque un autre motif. « L’entente était cordiale entre les deux. Jusqu’à ce que l’ouvrier ukrainien se plaigne ouvertement des ouvriers polonais, qu’ils estimaient mieux traités et avantagés sur le chantier. » C’est pourquoi le motif discriminatoire est retenu contre Oleh.

Pour sanctionner la tentative de meurtre, une peine de 6 ans de prison est requise. Jugement dans deux semaines.