Le 16 février dernier, Omar avait claqué la tête de son épouse et asséné plusieurs coups de poing au crâne à la suite d’une dispute conjugale. Face au tribunal, Omar se permettait de minimiser les faits, en prétendant qu’il "avait simplement repoussé sa compagne, provoquant une chute au sol."

La substitut Dutrifoy avait requis une suspension probatoire du prononcé contre Omar, inconnu de la justice.