En l’espace de quelques jours, Melissa a écumé les rayons de ses magasins favoris à la recherche de produits pouvant être facilement revendus via Facebook Marketplace ou sur d’autres sites internet. Si aujourd’hui la jeune mère de famille se trouve dans une situation stable avec des journées remplies entre le boulot et les loisirs de son fils, ce ne fut pas toujours le cas. « J’ai été victime d’une dépression et j’ai eu mon C4 au boulot. Je buvais, je fumais et je faisais les vols à l’étalage », confie Melissa.

Pour réussir au mieux ses audacieux vols, la trentenaire pouvait compter sur le soutien d’André, son oncle de 59 ans. Quand Melissa planquait les marchandises dans son sac à main, tonton, lui, assurait la garde pour couvrir les arrières de sa protégée. Le 10 janvier 2018, Melissa a volé pour plus de 300 euros de fournitures scolaires chez Ava à Gosselies.

Après une pause d’un an, le 29 décembre 2019, Melissa dérobe deux Nintendo Switch au Carrefour de Montigny-le-Tilleul avant de voler un iPad, des cosmétiques, des textiles et des jouets Playmobil lors de deux vols commis en quatre jours.

De l’aveu même du parquet, les vols à l’étalage sont trop nombreux pour être tous poursuivis. Sauf si le(s) voleur(s) enchaînent les méfaits à un rythme effréné, en adoptant un mode opératoire particulier… Ce sont les raisons qui expliquent la comparution de l’oncle et de sa nièce en audience publique. Une mesure de faveur est requise contre eux. Jugement fin octobre.