Il en était convaincu depuis son interpellation le 9 novembre dernier. Mais le tribunal correctionnel n'a pas suivi les explications fournies par Mostafa pour expliquer la présence d'un sac en plastique contenant 2,58 g de cocaïne et 78 g d'héroïne dans la poussette de son enfant. Selon le prévenu, un voisin ou une personne jalouse était à l'origine des faits... "C'est impossible, je suis innocent. Ça a dû être placé par un voisin ou une personne jalouse, car moi j'ai un enfant et eux pas", avait justifié Mostafa il y a quinze jours devant la justice.

Pourtant, les policiers l'avaient vu déposer le sac suspect dans la poussette de son enfant juste avant l'interpellation. Le parquet, qui estimait les explications de Mostafa comme dénuées de crédibilité, avait requis une peine de 18 mois de prison ferme pour la détention des produits stupéfiants et le séjour illégal. En état de récidive spéciale et légale suite à une condamnation en juillet 2018 pour des faits étrangement similaires, Mostafa a finalement écopé d'un an de prison ferme.