Le 26 mai dernier, le tribunal correctionnel carolo a prononcé une peine de prison par défaut contre Saïd, absent pour s’expliquer sur la scène de coups et blessures dont il a été l’auteur, en juillet 2020, sur son épouse.

Le 19 juillet, Saïd confirme bien s’être énervé sur sa femme, parce qu’elle est rentrée trop tard à son goût au domicile familial à Jumet. L’alcool n’aidant pas non plus, Saïd venait de replonger dans ses vieux démons, après une période d’abstinence.

Prendre le taureau par les cornes

Pour éviter une éventuelle récidive et pour s’empêcher de redevenir violent avec ses proches, le prévenu a décidé de se reprendre en main en intégrant un centre de la région pour mettre fin à son alcoolisme, un mois après les coups sur son épouse. « S’il a replongé, c’est à cause de soucis familiaux, dont le décès de son frère », confirme d’ailleurs son avocat, satisfait de la prise en main de son client depuis lors.

Pour l’encourager à poursuivre sa marche en avant, un sursis probatoire est sollicité par la défense. Ce à quoi le parquet ne s’oppose pas. Jugement dans un mois.