Absent le mois dernier pour s’expliquer sur les nombreuses préventions à sa charge, Palmerino était jugé par défaut. À de nombreuses reprises en 2018, il a pourri l’existence de plusieurs personnes, dont son ex-compagne. Pourquoi ? Parce que ce dernier n’a pas apprécié la séparation avec sa bien-aimée. En réaction, Palmerino a envoyé des messages menaçants et dégradé plusieurs choses à Binche et Estinnes. « Il a importuné son ex sur les réseaux sociaux. Mais également le frère de cette dernière, les parents et les grands-parents », résumait la substitute Pied.

L'homme a notamment utilisé une boule de pétanque pour briser une vitre ou lancé un pot de fleurs sur le pare-brise de la compagne de son ex-beau-frère. Le 24 novembre 2018, ce dernier a perdu subitement sa fille âgée de 7 mois. Palmerino en a profité pour menacer d’aller « au cimetière pour aller déterrer le bébé et le mettre dans leur boîte aux lettres. »

Le comportement nuisible de Palmerino continue encore à l’heure actuelle, plus de 3 ans après la séparation. Alors que le parquet avait requis une lourde peine de 8 ans de prison, le tribunal correctionnel s’est montré plus clément en condamnant Palmerino à 18 mois de prison.