L'auditeur du travail et le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale ont procédé à la fermeture du palais de Justice de Charleroi mardi, après avoir constaté des températures anormalement glaciales consécutives à une panne de chaudière. 

Des réparations sont actuellement en cours mais la réouverture des services mercredi est encore incertaine. Depuis le week-end dernier, la nouvelle chaudière du palais de Justice de Charleroi est en panne, provoquant une chute des températures dans les anciens bâtiments. L'un des deux brûleurs de ce système de chauffage au gaz, mis en fonction en décembre dernier, est effectivement défectueux et le deuxième n'a pas pris le relais, comme il aurait dû le faire.

Mardi, le service bien-être au travail du SPF Empoi, Travail et Concertation sociale a relevé les températures en plusieurs endroits du palais de Justice. Dans certains bureaux, celles-ci ne dépassaient pas les 13 degrés alors qu'une température de 16 degrés reste le minimum pour éviter des risques pour la santé des travailleurs.

Par conséquent, la décision a été prise de stopper les activités dans le bâtiment principal. Les audiences ont été reportées et le personnel des greffes a été invité à regagner son domicile. Un service de garde a toutefois été mis en place.

Dans un communiqué, la Régie des Bâtiments précise qu'elle tente actuellement de procéder à des réparations. Mais dans la mesure où celles-ci pouvaient être réalisées ce mardi, le retour à la normale n'est pas assuré pour mercredi, vu la taille et la qualité du bâtiment.

Les investissements consentis pour cette nouvelle chaudière, qui remplace l'ancien chauffage urbain très énergivore, se sont élevés à 400.000 euros.