Pris en chasse durant treize minutes, Patrice avait fait mine de foncer vers le véhicule de police, obligeant les deux inspecteurs a dévié leur trajectoire. Face au tribunal, Patrice ne comprenait pas ce qui le poussait à comparaître devant la justice. "Je n’ai pas fait d’accident et personne n’a été touché."

Pour lui faire comprendre la gravité des faits, une peine de minimum 2 ans de prison avait été requise contre le sexagénaire.