Il est fréquent de voir des dossiers de violence conjugale être plaidés devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Généralement, ce sont les femmes qui sont malheureusement victimes des coups de la part de leur compagnon. Mais il arrive de voir les compagnes sur le banc des prévenus, menottes aux mains. C’est le cas de Patrizia, 50 ans, née en Italie.

Petite par la taille, mais avec un caractère bien trempé, Patrizia fait vivre un véritable enfer à Francis, son compagnon. Au domicile du couple à Chimay, chaque prétexte est bon pour se défouler. Francis a subi des coups le 31 janvier 2017, le 14 septembre 2017, le 10 octobre 2017 et le 11 janvier 2018.

En septembre 2017, Patrizia n’a pas apprécié de voir Francis tarder de rentrer au domicile après avoir fait les courses. Quand elle regarde par la fenêtre, elle le voit, en plus, discuter avec sa voisine. C’en est trop pour Patrizia, qui frappe Francis et la voisine. Le 11 janvier 2018, c’est une discussion à propos de la mère de Patrizia qui déclenche la violence de la quinquagénaire : Francis reçoit plusieurs claques au visage.

Condamnée à 6 mois de prison ferme pour ces faits, Patrizia a formé opposition. Cette dernière ne comprend pas la décision rendue par le tribunal correctionnel vu son passé judiciaire, totalement vierge. Une peine similaire, avec un sursis probatoire, est requise par le parquet.

Jugement pour le 8 septembre.