Sur papier, la famille d’Hervé semble être parfaite. Les enfants sont aux études pendant que les parents vaquent à leurs occupations professionnelles. La vie familiale se déroule sans accroc jusqu’en juin 2018… Moment choisi par l’épouse d’Hervé pour enfin révéler sa liaison avec Victor, rencontré dans un cadre artistique, selon ses dires.

Le monde du père de famille s’écroule. "Mon épouse était en dépression depuis quelques mois. Il n’y avait plus de dialogue. Elle m’a annoncé, à mon retour du boulot à l’étranger, qu’elle avait une liaison avec Victor. Il était venu, quelques jours avant à notre domicile, pour lancer des cailloux à la fenêtre en pleine nuit", confesse Hervé. Ce dernier en profite également pour livrer sa longue version des faits sur la scène du 22 juin, quand Victor est revenu à la charge en se présentant comme un "bon ami à son épouse". Hervé lui a sommé de quitter les lieux. "Mais dix minutes après, il est réapparu à la fenêtre de la cuisine. Je suis sorti et je lui ai sauté dessus" Le tout armé d’un rondin de bois. Un peu plus tard, c’est Théo qui s’est défoulé sur Victor, après être rentré de soirée.

47 points de suture

Les deux hommes n’ont pas été de main morte. Les conséquences ont été dramatiques pour Victor. "J’ai eu 47 points de suture, des côtes cassées, des dents en moins, un bras cassé, etc.", énumère la victime. S’il endosse la casquette de victime, Victor est également poursuivi pour harcèlement sur la famille. "Oui, j’ai été au domicile familial, mais c’était aussi pour récupérer des tableaux pour une exposition."

Compte tenu de la gravité des faits et des conséquences sur la santé de Victor, une peine de 2 ans de prison est requise contre père et fils. Un sursis est sollicité vu l’absence d’antécédent judiciaire des prévenus et surtout, le contexte particulier derrière les deux scènes. Pour permettre la plaidoirie de Me Behogne, avocat de Victor, le dossier a été mis en continuation au 5 octobre.