Près de dix ans après la première ébauche du projet, tous les feux sont au vert pour la mise en œuvre de la construction de la Cité des Métiers (CdM) de Charleroi : le fonctionnaire délégué de la Région wallonne vient d’octroyer le permis unique demandé en juillet 2019. L’accord porte à la fois sur le volet urbanistique, le volet environnemental et la future exploitation de ce pôle d’enseignement, d’orientation, de formation et de découverte des sciences et des métiers d’une superficie de 55 000 mètres carrés.

Le chantier doit s’ouvrir au printemps 2021 : il s’étalera sur une durée de 4 ans dans le cadre d’un séquencement inédit. Maître d’ouvrage, l’intercommunale Igretec a en effet dû le découper en 280 phases qui imposeront des déplacements d’activités au rythme d’une longue partie de chaises musicales. C’est la plus grosse opération du genre jamais menée dans la ville, elle repose sur un respect absolu des délais.

© D.R.

Hormis quelques modifications d’ordre technique le plus souvent en lien avec l’environnement, le permis ouvre la voie à la création de ce hub d’excellence articulé sur deux sites : l’ancien campus de l’Université du Travail dans le bâtiment Roullier entièrement reconditionné, et le complexe des Aumôniers du Travail dans la Grand-rue derrière le centre commercial Ville 2.

Active dans tout le Hainaut, la CdM de Charleroi a reçu le label "en préfiguration". Selon son directeur Olivier Marchal, "elle accueille en moyenne 5 000 personnes chaque année."

Dans les semaines à venir, ce dossier d’investissement de 44 millions d’euros sera soumis à la signature du ministre de tutelle des Infrastructures Scolaires Frédéric Daerden (PS) pour la libération des subsides. Un appel d’offres sera ensuite lancé pour la désignation de l’entreprise chargée de l’exécution. Le Fablab de l’ULB élira domicile au Rouillier aux côtés du centre de culture scientifique. Avec peut-être une vitrine visible depuis la rue, le projet est actuellement en discussion. Unique en Belgique et gratuite, la cité des Métiers sera au service des citoyens carolos et bien plus encore.

© D.R.