Philippe n’aura profité du grand air qu’une dizaine de jours. Ce jeudi matin, c’est de nouveau détenu que le quadragénaire comparaît devant la justice pour un vol avec violence et une dégradation immobilière sur son ex-compagne, le 23 juillet dernier.

Dix jours avant ces faits, Philippe avait obtenu un sursis probatoire et retrouvé la liberté. Et dix jours plus tard, il s’est retrouvé devant le domicile de son ex-compagne à Roux. Chose qu’il n’aurait jamais dû faire puisqu’il lui était interdit de rentrer en contact avec cette dernière.

Le 23 juillet, Philippe conteste avoir dérobé la VW Beetle de son ex et d’avoir volontairement foncé dans la façade de son domicile. « Je n’ai pas arraché les clés. Elle me les a donnés spontanément. Et je n’ai pas voulu foncer dans sa façade, j’ai perdu le contrôle de la voiture en la démarrant », explique le prévenu.

Pourtant, juste après les faits, Philippe avait confirmé le caractère volontaire de son geste aux policiers. Et un témoin des faits avait décrit l’état de rage dans lequel se trouvait Philippe, avant de foncer dans la façade. Une peine de 2 ans de prison est requise contre l’homme détenu, qui a encore fait fort en arrachant, à deux reprises, son bracelet électronique. Jugement dans trois semaines.