Ce mardi, Pierre (prénom d’emprunt), trentenaire, rejette les accusations de viols sur sa fille. Mais il admet avoir détenu des fichiers pédopornographiques.

Le père de famille a vécu une histoire d’amour avec la mère d’Alicia durant de nombreuses années. Mais, de son propre aveu, lorsque la séparation éclate en 2013, les événements se passent mal. Entre les deux parents, un accord d’hébergement est établi. Pierre accueille sa fille un week-end sur deux. Passionné de jeux vidéo, Pierre passe le plus clair de son temps devant sa console de jeux à jouer à Fortnite. Mais dès qu’Alicia est présente au domicile Pierre essaye de faire un maximum de choses avec sa fille, également amatrice de jeux vidéo.

Un jour de décembre 2019, Alicia se confie à une amie. Selon la jeune fille née en 2006, elle a été victime d’actes sexuels de la part de son propre père. Viols, attentats à la pudeur et attouchements. Toujours d’après la jeune mineure, Pierre l’oblige à porter des sous-vêtements sexy appartenant à son ex-compagne. Le premier viol aurait eu lieu chez la grand-mère maternelle d’Alicia, devant la télévision. Lors de l’enquête, le matériel informatique de Pierre est saisi et fouillé. On découvre sur son téléphone plus de 2 000 images pédopornographiques téléchargées sur un site russe. Les experts trouvent même une image montrant Pierre effectuer une fellation à un chien…

"Ce n’était pas ce que je recherchais. À la base, je cherchais des images pornographiques de femmes avec des rondeurs ou de grosses poitrines", explique Pierre. Ce dernier jure n’avoir jamais rien fait à sa fille. Le ministère public estime que la jeune Alicia dit vrai dans ce dossier. Une peine de 5 ans de prison est requise contre le père de famille.

Jugement attendu vendredi prochain.