La semaine dernière, c’est tout un quartier de Châtelet qui est tombé des nues lorsque les voisins ont appris avec effroi qu’ils ont partagé des barbecues, des soirées improvisées avec Pierre (prénom d’emprunt), leur voisin venu s’installer en 2009 dans le quartier. Ce dernier est un lourd récidiviste pédophile. Le 2 novembre 2009, le tribunal correctionnel de Charleroi l’avait déjà condamné à 3 ans de prison pour viols et attentats à la pudeur sur mineures. Le 23 juillet dernier, Pierre comparaissait, de nouveau, devant la justice pour des faits similaires.

Le 7 septembre dernier, la petite Sandrine (prénom d’emprunt), à peine âgée de 5 ans, a accusé Pierre d’avoir tenté de lui enlever son short lors d’une fête d’anniversaire. Pour parvenir à ses fins, le sexagénaire avait menacé la petite victime de « ne plus la laisser jouer avec Bob, son Jack Russell si elle refusait de se laisser faire. »

Lors de l’enquête, les policiers avaient découvert dans le Smartphone de Pierre une multitude d’images pédopornographiques. Durant son temps libre et pour assouvir ses pulsions, Pierre s’amusait même à recadrer les photos d’enfants en zoomant sur leurs parties intimes…

Face à la dangerosité du prévenu, le substitut Veraveren avait requis une peine de 9 ans de prison ferme avec une mise à disposition du TAP de 10 ans. Ce vendredi, le tribunal correctionnel a estimé qu’une peine de 5 ans de prison ferme sanctionne adéquatement les faits. Pierre sera étroitement surveillé par le TAP pour 5 ans. Il a été acquitté du hacking, pour avoir été prendre la photo de vacances de sa voisine sur le profil Facebook de la famille.