Le 4 décembre 2013, le tribunal correctionnel de Charleroi avait laissé une chance exceptionnelle à Pol. Pourtant auteur de quatre attentats à la pudeur sur quatre victimes différentes, le quadragénaire avait obtenu une suspension probatoire du prononcé. Durant 5 ans, Pol devait se tenir à carreau, éviter tout contact avec des mineurs et entamer un suivi spécialisé…

Mais ce suivi n’a rien changé aux agissements sexuels de Pol puisqu’il a récidivé, entre 2015 et 2018, sur trois adolescents au moment des faits. Décrit comme un prédateur sexuel par les parties civiles, Pol était un ami aux parents des victimes. En toute confiance, il passait pas mal de moments avec les enfants…

Ce fut le cas lorsqu’il a mis sa main dans le slip de deux des victimes, avant de prendre la route pour aller dans un parc d’attractions en France. L’une des victimes avait passé la nuit à son domicile avant de prendre la route tandis que l’autre mineur se réjouissait de faire la longue route dans la même voiture que Pol avant d’être caressé… « Je n’ai pas su contrôler mes sentiments. Pour mon suivi, j’avais demandé à passer dans un suivi individuel au lieu d’être plongé dans un groupe », explique Pol.

Pour le parquet, il est important de sanctionner sévèrement le prévenu, mais aussi d’enfin mettre un terme définitif à ces agissements. C’est pourquoi le substitut Bouilliez a requis une peine de quatre ans de prison ferme contre Pol. Jugement le premier septembre.