Charleroi

Avec une nouvelle reconnaissance et de nouveaux locaux, l'équipe prépare le 17e Festival Django.


Situé en plein centre de Liberchies, le tout jeune centre culturel vient à peine de fêter sa première année d'existence sous sa nouvelle forme. Si par le passé, le Pays de Geminiacum faisait la part belle aux vestiges gallo romains trouvés sur ses terres ainsi que la promotion des activités et des produits locaux, aujourd'hui, l'équipe de 6 personnes gérées par Laurence Vandermeren a complètement revu sa copie.

Désormais, le village qui a vu naître le guitariste manouche à trois doigts mondialement connu, Django Reinhardt, se concentre sur la vie culturelle locale.

Grâce à l'acquisition de nouveaux locaux, le centre culturel peut étendre ses activités tout en respectant sa mission. Ce qui faisait office de cafétéria et magasin de produits locaux est transformé en la Djazzerie. Cet espace multifonctionnel accueillera des concerts, des scènes ouvertes et d'autres activités plus en lien avec la fonction d'un espace culturel. Dans le bâtiment principal, il est maintenant possible de s'adonner à la danse et plus précisément au swing.

Véritablement implantée dans sa région, l'équipe propose des activités mettant à l'honneur les acteurs culturels locaux en additionnant les collaborations. Les projets ne manquent pas dans les nouveaux espaces. Il sera possible d'assister à des ciné-débats et de se produire sur une scène lors de rendez-vous dont la périodicité reste à définir. Il est également prévu des cours de B.D. et des modules de formations à la prise de parole en public notamment. Si le culturel est clairement mis en avant, le monde de l'entrepreneuriat local est aussi de la partie en participant à des petits déjeuners dans lesquels les entrepreneurs peuvent aussi profiter des formations du centre culturel.

Ce centre culturel c'est aussi et surtout, la défense d'un patrimoine unique grâce à la musique de Django Reinhardt né dans un champs de Liberchies. Cette année, l'équipe d'animation mettra le paquet les 18 et 19 mai pour le festival Django à Liberchies.

La musique est également un vecteur de partage et le témoignage de la politique d'une époque. "Nous allons créer des débats et des activités autour de la musique. Nous pouvons déjà mettre en avant la problématique des gens du voyage et leur culture," explique Julien Browet en charge de la communication. "Nos cours de danse comme le lindy hop est un des axes que nous avons choisi pour lutter contre les intolérances. Un professeur apprend à des élèves les pas d'une danse mise sur pied par les afro américains au début du 20è siècle."