En réponse à l'arrivée de variant de la covid et afin de préserver, les enfants et les encadrants, le Collège communale a pris la décision de suspendre les activités organisées le mercredi après-midi dans différents établissements scolaires de la commune. Les écoles concernées sont l’école de Luttre, l’école d’Obaix, l’école de Viesville et l’école de Pont-à-Celles Centre.

Cette décision a été prise lors du conseil communal du 15 janvier. Pour expliquer les raisons de ces suspensions, le bourgmestre Pascal Tavier a adressé un courrier aux citoyens. "En raison de l’apparition du variant britannique du virus, qui présente une contagiosité nettement plus élevée, de nouvelles définitions plus strictes ont été établies depuis le 25 janvier 2021 concernant la notion de "contact à haut risque en milieu scolaire", puisque désormais les élèves assis – tant en garderie qu’en classe que durant la pause de midi – autour d’un élève qui a été testé positif, sont désormais considérés comme des contacts à haut risque," explique Pascal Tavier.

Une autre motivation de cette prise de décision est à trouver dans les instructions de l'ONE demandant d'éviter les accueils centralisés regroupant des enfants de différentes écoles.

Pour rappel, les autorités communales ont déjà dû procéder à la fermeture de plusieurs classes et même de deux écoles complètes. Le fait de rassembler des écoliers en provenance de différentes écles peut constituer un éventuel foyer de propagation du virus.

Outre la limitation des rassemblements d'enfants, cette décision a été prise afin de continuer à assurer, dans les mesures du possible, l'organisation de l'enseignement maternel et primaire. "C’est en effet une priorité absolue pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, et cela nécessite un encadrement important, tant en termes d’accueil que d’enseignement proprement dit. Il est donc important, aussi, d’essayer d’éviter au maximum que des membres du personnel enseignant ou qui assurent l’accueil des enfants, soient infectés par le virus."

Si la mesure prise par le Collège communale a été prise pour des raisons sanitaires, il est clair que des familles se retrouveront à nouveau dans l'obligation de se réorganiser. Pour pallier l'annulation des ateliers communaux du mercredi après-midi aucune mesure n'est avancée. "Nous sommes bien conscients que cette mesure risque d’occasionner, selon les situations, des difficultés organisationnelles dans le chef de certains parents, mais elle est malheureusement nécessaire, dans l’intérêt de vos enfants et de leur sécurité, que pour la continuité de l’organisation de l’enseignement et, de manière générale, pour la sécurité collective. Elle sera évidemment adaptée et revue si l’évolution de la situation le permet," conclut le bourgmestre.