Charleroi

Près de 200 personnes participent au 5ème tricotathlon, l'ensemble des tricots et des dons seront offerts aux plus démunis.

Ce mercredi, la grande salle des mariages de la maison communale de Pont-à-Celles accueille la 5ème édition du tricotathlon. Le principe est aussi simple que l'intention des organisateurs est louable. Pendant 12 heures des dames et des hommes tricotent bonnets, pulls, gants, cagoules, écharpes, couvertures,...pour les offrir à la Croix Rouge de Jumet qui les distribuera ensuite.

Organisé par le PCS (Plan de cohésion social) en collaboration avec la Croix Rouge de Jumet ; les tricoteuses n'ont cessé d'enchaîner les points pour offrir un peu de chaleur au propre comme au figuré aux personnes en difficulté.

Si le but est de fabriquer des vêtements, les dons étaient également les bienvenus. "L'année dernière nous avons fait 83 couvertures qui ont toutes été distribuées dès le lendemain car le temps s'y prêtait", explique Geneviève Landsman du PCS. "Le challenge est bien évidemment de faire mieux que les années précédentes tout en passant un bon moment. Nous avons aussi voulu offrir quelque chose à tous les participants. Pas simplement apporter de la laine et faire des écharpes; nous avons mis sur pied des ateliers où il est possible d'apprendre de nouvelles techniques."

Si les dames sont le plus souvent associées au tricot, Fabrice Charlet employé au PCS y allait de sa bonne volonté pour tricoter des bonnets. "Ce n'est pas juste réservé aux femmes. Nous passons un bon moment et j'apprends des choses que je ne connaissaient absolument pas. Je compte bien continuer mon apprentissage."

Battre des records et offrir de la chaleur ne sont pas les seuls buts de la journée. Sous cette action se cache à peine une finalité sociale. Genevière et ses collègues sont ravies qu'il existe un atelier tricot ouvert tous les 15 jours. "Grâce à cela, nous avons réussi à donner l'envie à des dames qui ne sortaient plus d'à nouveau ouvrir leur porte et oser reprendre une vie sociale mise de côté. Le fait de venir à l'atelier tricot redonne l'envie de participer à d'autres activités comme les sorties au marché hebdomadaire ou simplement se lier d'amitié avec d'autres personnes. Notre organisation est telle que nous pouvons compter sur le taxi social pour aller chercher des personnes sans moyens de locomotions."

Il n'y a pas que les adultes qui participent à l'action. 4 classes de primaire ont aussi apporté leur contribution pour créer un jardin de pompoms devant la maison communale et réaliser une fresque arborant un grand merci.

Bien que ce soit un projet entièrement citoyen, l'échevin Florian De Blaere était heureux d'une certaine "désacralisation" de la maison communale.