Charleroi

Ce mercredi, onze nouveaux "pavés de mémoire" (Stolpersteine, en allemand) seront posés en hommage aux victimes du Tir de Marcinelle : des résistants, pour la plupart, exécutés sous l’occupation durant la Seconde Guerre Mondiale.


Fernand Blampain et Félix Luckhaus (Marcinelle), Robert Delahaye (Bouffioulx), Hersz Dobrzinski et Emile Daurel (Charleroi), Valentin Wathelet (Marchienne-au-Pont), Narcisse Evrard (Gilly), Achille Loscaux et Maurice Linglart (Dampremy), Louis Hannick (Monceau-sur-Sambre) et René Toussaint (Roux) : tous habitaient la région et y sont morts, parfois après un passage à Breendonck.

C’est l’association pour la Mémoire de la Shoah qui coordonne la pose de ces onze pavés, dont quatre seront placés par l’artiste allemand Günther Demnig qui a imaginé ces "pierres d’achoppement" en laiton, à positionner devant la porte de la dernière adresse des victimes. La fondation Auschwitz, de son côté, a participé avec les établissements scolaires pour recouper publications et archives pour identifier les victimes du nazisme.

Sur les deux cents pavés déjà posés en Belgique, onze l’étaient déjà sur Charleroi et Marcinelle. Onze de plus viendront donc les compléter ce mercredi : "ça permet de rendre visible et physiquement palpable l’ampleur du nombre de personnes assassinées par l’occupant. L’ensemble des pavés constitue un vaste monument mémoriel traversant de part en part le continent européen" , explique la cellule provinciale Hainaut Mémoire.