Le 11 juillet 2016, l’ado devait travailler une heure pour l’école comme convenu avec son père pour pouvoir, ensuite, aller chez son copain. Mais le fiston a refusé de travailler et provoqué son père en tentant de quitter le domicile familial. Jean-Christophe a reconnu l’avoir maîtrisé au sol, sans lui porter de coups.

Un peu plus tard, Jean-Christophe a de nouveau répété ses gestes quand il a découvert du matériel pour consommer du cannabis dans la chambre de son fils, qui évoquait plutôt des coups de poing lors de son audition. Comme requis par le parquet, le paternel a obtenu une suspension du prononcé d’un an.