Si l’institut Sciensano fournit chaque jour un monitoring complet de l’évolution de la pandémie, c’est un état général de la mortalité à Charleroi et des campagnes de testing menées par le CPAS que vient de dresser le bourgmestre Paul Magnette à la demande de la conseillère communale PTB Sofie Merckx. 

Dans le dernier bulletin des questions écrites, il indique ainsi qu’entre le 1er avril et le 26 août, la ville a enregistré 315 décès liés au covid-19 sur son territoire : 172 dans les hôpitaux et à domicile, 143 dans les maisons de repos et de soins tant du secteur public que du privé. Il faut y ajouter 4 décès survenus au cours des sept derniers jours. 

Le pic de mortalité s’est marqué en avril, avec une concentration de plus de 80% des cas. « Dans les neuf maisons de repos et de soins du CPAS, soit 1.006 lits disponibles et occupés au début de la pandémie, nous avons dénombré 67 cas décès covid recensés comme tels auprès des autorités sanitaires, cela entre fin mars et fin juillet soit quatre mois complets », précise-t-il. « A titre de comparaison, sur les sept premiers mois de l’année 2019, nous avions recensé 153 décès, alors que nous en comptons 170 pour la même période en 2020, y compris bien sûr les décès covid. La surmortalité liée au coronavirus serait donc de près de 10% pour la période », selon un calcul qui ne tient pas compte du fait que d’autres pathologies auraient pu être erronément attribuées à la pandémie. 

Avec l’aide, le financement et sur instruction de l’AViQ (agence wallonne pour une vie de qualité), tous les résidents des maisons de repos du CPAS ont été testés à la date du 26 avril. « Sur 877 tests, 134 étaient positifs soit 15,3%. Depuis avril, plus aucune campagne n’a été effectuée sur les populations. Mais un testing serait organisé si un nouveau cluster devait s’y faire jour, avec au moins deux cas confirmés d’infection. » 

Toujours avec l’appui de l’AViQ, tout le personnel présent dans les résidences a été appelé à se soumettre aux examens fin avril. Sur 925 tests, 82 se sont révélés positifs soit 8,86%. 

Une nouvelle campagne a démarré en août sur base volontaire, elle s’étend aux travailleurs de l’urgence sociale et au personnel soignant à domicile.

Note : ces chiffres reprennent évidemment les décès dans les hôpitaux de Charleroi de gens n'habitant pas Charleroi mais les régions alentour.