Ex-toxicomane accro à l’héroïne, Adriano peut être considéré comme un miraculé. Depuis quelques années, il a tiré un trait définitif à cette dépendance, qui l’avait également conduit à s’attirer des ennuis judiciaires. Le casier judiciaire d’Adriano présente 31 condamnations, majoritairement correctionnelles depuis les années 80. « Je n’avais pas d’argent dans le temps. Donc j’ai commis beaucoup de vols par le passé », explique Adriano.

Sa dernière condamnation remonte à 2016 avec une peine de 15 mois de prison pour stupéfiants. Avec ce solide passé judiciaire, Adriano n’a plus le droit au sursis simple. Il plaide donc une peine de travail pour le vol simple qu’il a commis le 18 juillet dernier, aux caisses du Brico Plan-It de Châtelineau.

Ce jour-là, au moment de son passage en caisse, Adriano a remarqué une tablette d'une valeur de 229 euros sur une table. « Sans savoir pourquoi » comme il l’indique au tribunal, ce dernier a dérobé l’objet électronique. Pourtant, Adriano n’en avait pas besoin puisqu’il en possède déjà deux chez lui, ce qui n'aurait de toute façon pas été une excuse. Pour ce genre de faits, le Code pénal prévoit une peine de prison qui peut monter jusqu’à 5 ans.

Compte tenu de l’état de récidive suite à l’arrêt de la Cour d’appel de 2016, une peine de 10 mois de prison est requise contre Adriano. « Il est enfin temps, vu son âge, qu’il se remette sur le droit chemin », indique la substitute Dutrifoy. Jugement pour le 19 avril prochain.